Yamaha MT3X

 

C'est quoi ce truc ?

Avant l'avènement du numérique, et même au début, quand le stockage audio numérique ne s'adressait qu'aux professionnels (et pas les plus pauvres), il existait une solution d'enregistrement multipistes d'un prix raisonnable pour l'amateur : le quatre pistes à cassettes.

L'enregistreur est constitué d'une table de mixage associée à un système d'enregistrement sur cassette audio d'un type particulier. L'enregistreur utilise des cassettes audio classiques de type oxyde de chrome (CRO2).

Cassette audio

Cependant, il utilise toute la largeur de la bande pour un enregistrement, ce qui augmente la densité d'information pouvant être stockée, et donc la qualité. Dans un lecteur à cassette classique, l'enregistrement est effectué sur la moitié de la surface de la bande. Ceci permet d'enregistrer plus de musique, mais avec une qualité moindre. Et il faut retourner la cassette pour continuer l'enregistrement / l'écoute. Dans le quatre pistes à cassette, pour améliorer encore un peu plus la qualité de l'enregistrement (donc la densité d'information pouvant être stockée), la bande défile deux fois plus vite (9,5 cm/s) que dans un enregistreur classique (4,75 cm/s). Résultat : sur une cassette classique de 90 minutes, vous pouvez enregistrer en fait (90/2)/2 = 22,5 minutes.

Le 4 pistes à cassette dispose des fonctions de punch-in / punch-out. Certes le locator est largement moins précis que sur les logiciels d'enregistrement audio-numériques actuels (DAW - digital audio workstation) puisqu'il s'agit d'un simple compteur, mais le punch-in est très efficace, permettant de faire du re-recording avec des raccords inaudibles. Il peut d'ailleurs être déclenché à la main ou au pied à l'aide d'un footswitch. Ainsi, le 4 pistes à cassette permet de réaliser des maquettes en enregistrant chaque piste séparément.

Et si on a plus de quatre sources à enregistrer ?...

Effectivement, on a souvent plus de quatre sources à enregistrer. Il est possible d'enregistrer plus de quatre sources à l'aide de la technique du "ping-pong". Cette technique consiste, une fois trois pistes maximum enregistrées, à mixer ces pistes sur la quatrième piste. Cela libère trois pistes maximum pour continuer. Bien entendu, cela se fait au détriment 1) de la qualité de l'enregistrement des sources (il y a de la perte de qualité à chaque réenregistrement) et 2) de la souplesse pour le mixage. En effet, on est obligé de faire un choix de mixage des sources sur une seule piste. Il ne sera plus possible de retoucher ce mixage sur la piste unique. Il vaut mieux ne pas se tromper...

Les appareils

La marque de référence de ce genre d'appareils était Tascam. J'ai eu l'occasion d'utiliser intensément le Tascam 244 Portastudio qui appartenait à un copain avec qui je faisais de la musique, avant de m'acheter un Yamaha MT3X (moins onéreux) quelques années après.

Tascam 244

Akai a sorti un équipement reposant sur les mêmes principes, mais qui utilisait des cassette VHS normalement dédiées à la vidéo. La plus grande largeur de bande autorisait l'enregistrement sur 8 pistes (le rêve !). Je n'ai jamais eu l'occasion de tester ce matériel. Je n'ai jamais connu de personne en possédant un. Le prix était très largement dissuasif.